Billetterie Centre Culturel Les Arcs - Quéven (56) : Réservez votre billet

Abonnez-vous ici !

Abonnez-vous ici !

  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Pour vous abonner :
- Vous sélectionnez 4 spectacles au minimum de votre choix
- Vous conservez le tarif abonné pour tout achat de spectacle supplémentaire en cours de saison, même si vous faites votre achat le jour du spectacle
- L'abonnement est nominatif et valable pour une personne
- Vous bénéficiez du tarif réduit dans les lieux suivants : Le Strapontin à Pont-Scorff, Le Théâtre de Lorient, L'Océanis à Ploemeur, L'Hydrophone à Lorient, Le Quai 9 à Lanester, Le Centre Socio-Culturel d'Hennebont, Le Bouffou Théâtre à Hennebont, Le T.R.I.O...S - Théâtre du Blavet à Inzinzac-Lochrist, L'Estran à Guidel, Le Sterenn à Trégunc


Des questions ? 02 97 05 01 07 ou lesarcs@mairie-queven.fr


Bernard Allison + Sonora Cry (1ère partie)

Bernard Allison + Sonora Cry (1ère partie)

  • Ven. 11 oct. à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Fils du bluesman Luther Allison, le jeune Bernard piquait la guitare de son père, et écoutait les innombrables disques amassés au fil des ans dans le salon familial. Son père finit par lui donner une Fender Stratocaster, et quelques mois plus tard, Bernard et Luther, âgé d’à peine 13 ans, sont ensemble sur scène pour quelques titres. Les années qui suivent, Bernard Allison va côtoyer Johnny Winter et Stevie Ray Vaughan, et retrouvera très souvent son père sur les scènes du monde entier. Il faudra attendre 1990 pour voir la sortie de son premier album et constater que le flambeau des Allison a été transmis avec succès ! Depuis, au fil des années, Bernard, entouré de son band, se présente sur les scènes des plus grands festivals de blues.


Initialement formé à Perpignan, Sonora Cry, poussé par le vent, s’est depuis quelques temps installé à Lorient. Le bottleneck à la main qui vient frotter les cordes d’une guitare dobro, la contrebasse qui donne le rythme, c’est dans sa forme duo qu’ils présenteront leurs compositions dans le respect des meilleurs sons du Delta Blues.


Gwana Diffusion + Anissà Bensalah (1re partie)

Gwana Diffusion + Anissà Bensalah (1re partie)

  • Sam. 19 oct. à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Depuis 1993, date à laquelle ils sortaient leur premier 5 titres, Gnawa Diffusion a fait du métissage musical son credo. Rap, ragga, reggae, raï, jazz ou rock, on trouve de tout chez cette bande de copains grenoblois autour de leur leader Amazigh Kateb. Pendant plus de 15 ans, le groupe mettra le feu dans les plus grandes salles hexagonales ou lors des festivals aux côtés des FFF, Massilia Sound System, Zebda… jusqu’en 2007, où ils entament une tournée d’adieu. 2019 voit le retour de Gnawa Diffusion avec toujours cette même énergie et la volonté de porter haut des paroles humanistes et engagées sublimées par des sons à vous mettre par terre.


Riche de ses multiples origines, Anissá Bensalah chante l'arabe et le portugais avec un cœur vaudou. Cette artiste franco-algéro-brésilienne, née à Haïti, met sa voix élégante au service d’une musique moderne, profonde et incroyablement singulière ! Sur scène, elle vous présentera son dernier album "Sovaj".
https://youtu.be/OrspkA-bp3Q


Thylacine + Jaffna (1re partie)

Thylacine + Jaffna (1re partie)

  • Ven. 1er nov. à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Thylacine nait en 2012 lorsque William Rezé, jusqu’alors saxophoniste dans différents groupes, se lance dans la musique électronique. Puisant dans des influences tel Massive Attack, Four tet ou Moderat, il déploie une musique puissante à la fois entrainante et émotionnelle. Accompagné en live des projections graphiques de Laetitia Bely, ils brouillent ensemble la frontière entre dancefloor et voyage intimiste. C’est en Argentine qu'il a décidé d’enregistrer son deuxième album. Pour donner suite à «Transsiberria», son premier essai enregistré à bord du train qui relie Moscou à Vladivostock, William Rezé s’est offert la fameuse caravane Airstream tout en aluminium de 1972 qu'il a transformé en studio pour parcourir l'Argentine.
https://youtu.be/8aQIgDzBw0Y


Duo électro atypique nourri des influences des origines et des voyages de chacun, Jaffna livre une musique électro intimiste qui leur ressemble avec une touche d’avant-gardisme et de folie. Bravin, pianiste classique d’origine sri-lankaise, et Stan, mélomane français, se sont découvert une même passion pour la musique électronique.
https://youtu.be/M7aunmWiFjU


Nora Hamzawi

Nora Hamzawi

  • Mer. 20 nov. à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Nora Hamzawi est une humoriste, comédienne et chroniqueuse française aux origines syriennes. Le public la découvre en 2009 avec son premier spectacle "Nora One Woman Show" puis de 2009 à 2011, où elle participe à la série "Scènes de Ménages" en tant qu’auteure. Privilégiant la scène, elle présente en 2010 un nouveau spectacle "Le Show Inutile" pour enchaîner ensuite avec "Harmonie Hormonale". Entre temps, on la retrouve dans une émission de Laurent Ruquier puis sur Canal+ et France Inter en tant que chroniqueuse et enfin dans "Quotidien" de Yann Barthès. Reine de la mauvaise foi, Nora Hamzawi dresse, dans ce "Nouveau spectacle", un portrait acide d'une femme d'aujourd'hui, en un peu plus ballonnée. C'est avec un sens du détail obsessionnel qu'elle décortique son quotidien. Cachée derrière ses lunettes, elle scrute ses névroses et taquine celles de son public. Anxieuse et parano, elle est la voisine qu'il vaut mieux croiser sur scène que sur son palier.
Spectacle déconseillé aux moins de 15 ans


https://youtu.be/pryq3L6ezLg


Suzane + Voyou

Suzane + Voyou

  • Sam. 23 nov. à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Suzane se définit elle-même comme une "conteuse d'histoires vraies sur fond d'électro". Elle a la jeunesse lucide et libre, les mots et le corps comme moyens d’expression. Électron libre de cette nouvelle scène électro/chanson, elle étouffe les évidences et chante ce que nous sommes. Son regard est celui d’une jeune femme d’aujourd’hui, à l’heure des addictions vertigineuses et des écrans noirs, des doutes et des espoirs. C’est assez saisissant et furieusement vivant. Sa musique est dépouillée et n’a pas besoin d’effets spéciaux pour viser le cœur.
https://youtu.be/XyoUQF_w0tI


Début 2018 débarquait un drôle de garçon avec un tube en devenir "Seul sur ton tandem". Regard malicieux et trompette à la main, Thibaud Vanhooland aka Voyou fait rapidement sensation avec ses rythmes chaloupés et son live enthousiasmant. Sa musique oscillant entre chanson naturaliste et électro chaloupée, allie la sympathique nonchalance d’un Mac DeMarco à la bienveillance d’un Souchon. Elle impressionne par sa liberté́ et sa richesse, tous ses bruits de la ville résonnant comme une formidable promesse pop.
https://youtu.be/EGPtJU9t2hA


Monsieur Fraize

Monsieur Fraize

  • Sam. 30 nov. à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Monsieur Fraize, un personnage singulier, déconcertant, arrivé sur scène comme une plaque de verglas en plein désert.
Une sorte d'énigme qui décide de se livrer au public en toute naïveté et qui dévoile un univers ultra-sensible où s'entremêlent les non-dits, le doute et la cruauté du quotidien. Il fait exister son personnage dans une forme d'humour très personnelle en prenant le risque de l’absurde, en jouant sur les silences, les peurs de son personnage, les répétitions et en privilégiant la gestuelle et les postures de son clown.



Sarah McCoy + Vince Lahay (1re partie)

Sarah McCoy + Vince Lahay (1re partie)

  • Sam. 25 janv. 2020 à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Ce qui frappe à l’écoute de Sarah McCoy, c’est cette voix soul et puissante qu’elle porte à ébullition dès le premier accord du premier morceau. Dire qu’elle a connu une vie chaotique est peu dire. Vivant sur la route pendant un temps pour finir dans des bars de la Nouvelle Orléans où il faisait plus chaud qu’en enfer, elle y a développé son style singulier, en forme d’hymne à la gloire de la note bleue. Entre jazz des origines, suintant le bastringue et le bayou, blues profond et soul émouvante, ses chansons vous prennent aux tripes. Seule en scène, elle impose une ambiance de cabaret grâce à son interprétation théâtrale. Frappant les touches de son piano comme si sa vie en dépendait, Sarah McCoy a tout pour devenir une grande.


Sillonnant les routes du monde, Vince Lahay parcourt les genres avec sa guitare. Chacun de ses voyages est une invitation à poser sur papier son âme libre et sa quête d’absolu. Son premier album "Birds on the grave" est un mélange d’inspiration autobiographique et d’un imaginaire épris de voyages : une inclination aux aventures solitaires à la "Into the wild".


Haroun

Haroun

  • Ven. 7 févr. 2020 à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Arsenal Production présente


Loin des codes du one-man-show, Haroun impose son style de premier de la classe. Son humour acide, noir et pince-sans-rire, touche à tout. Racisme, politique, écologie... Il jette un regard aussi ironique que malicieux sur notre monde et fait de nous les complices de sa plongée dans l'absurdité de nos existences. Nourri à Coluche, Desproges, comme à la littérature et la philosophie, il apporte un souffle nouveau et décalé dans le paysage de l'humour. Toute sa modernité est dans sa facilité à capter les consciences de ses contemporains avec leurs grandes et petites lâchetés, toujours avec autodérision et sans jamais tomber dans la vulgarité, ni la malveillance. Auteur de tous ses textes, il n'hésite pas à faire évoluer son propos au fil de l'actualité et de ses inspirations et improvisations. Avec juste des vérités qui tapent là où ça fait rire, Haroun propose un spectacle sans concession, où l'humour est une arme de réflexion massive.


Izia + 1re partie

Izia + 1re partie

  • Ven. 20 mars 2020 à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Pour cette enfant de la balle, écrire des chansons, faire de la musique et monter sur une scène était dans la logique des choses. C’est ainsi qu’à peine âgée de 16 ans, elle faisait déjà la première partie d’Iggy Pop en 2006 au Palais des Sports de Paris. Depuis, elle a enchaîné sorties d’albums et tournées qui l’amèneront à remporter 3 Victoires de la musique. Ses premières prestations furent rock où, avec une énergie folle et passionnée, elle offrait un son dur, fort et sans concession dans des prestations scéniques à en faire trembler les murs des salles de concerts. Izia revient avec un 4ème album cet automne. Toujours chargée de son bagage musical, elle continue d’explorer des territoires aux frontières de l’électro pop sur des textes chantés en français, très personnels, qui dévoilent une sensibilité à fleur de peau. Après Jacques et Arthur, parfaire le portrait de famille en recevant Izia nous semblait une évidence.


Jeanne Cherhal + Philémone (1re partie)

Jeanne Cherhal + Philémone (1re partie)

  • Sam. 28 mars 2020 à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Fin 2017, Jeanne Cherhal décide de s’absenter avec l’espoir de pouvoir s’adonner à quelques plages vacantes. Mais, son piano la rappelle presqu’aussitôt. Et puis, il y a ces 40 ans qui lui inspirent des "mots-bilan". 40 ans : "ce point d’équilibre entre ce qu’on a déjà accompli et tous les possibles encore à venir". On l’aura compris : à peine revenue de ses 3 tournées successives, Jeanne Cherhal se sent convoquée par un nouvel album. Elle entreprend d’écrire une chanson par mois jusqu’à ce que… l’album s’en suive. Elle appelle ça ses "aquariums" : partir seule une semaine par mois et revenir chaque fois avec un morceau. Et les voilà ces dix nouveaux titres : elle en signe les arrangements et en confie la réalisation à Seb Hoog.


Seule sur scène, avec sa voix et ses machines, Philémone porte haut les couleurs d’une pop percutante, qui bouillonne et captive. Entre chanson et spoken word, cette jeune artiste à fleur de peau soigne des textes incisifs, lucides et pleins de vie, entre balades poético-cyniques et hymnes rythmés.


Elie Semoun

Elie Semoun

  • Ven. 3 avril 2020 à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Après une tournée triomphale de 200 dates pour son spectacle "À Partager", Elie Semoun est de retour avec "Elie Semoun et ses Monstres", son septième spectacle en solo !
Faire connaître Wagner et la danse des canards au public, danser une valse avec l’urne de sa mère, vous faire découvrir un Tinder pour racistes, confier des enfants à un djihadiste repenti, retrouver Xavier l’handicapé enfin heureux, sortir du coma au bout de trente ans, tenter de reconquérir sa femme après quinze ans d’infidélité…. Ce ne sont que quelques thèmes du nouveau spectacle d’Elie Semoun qui va chercher des sujets toujours plus originaux, plus profonds, plus spectaculaires et surtout plus humains.
Les monstres : c’est lui, c’est nous !
Au fond, la vie est un cirque, une comédie, une tragédie à l’intérieur de laquelle on s’agite.
Il répond à sa manière et avec son regard si particulier à la question : peut-on rire de tout ?


Vérino

Vérino

  • Jeu. 30 avril 2020 à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

Il est comme un pote aux 300 000 spectateurs qui te parle de tout, avec un regard… comment dire… bien à lui... Rien ne lui échappe. Verino saisit tout. Verino voit tout. Il a l’art et la manière de surprendre et de te faire rire quand tu ne t’y attends plus en maniant habilement tous ses sujets, des plus légers aux plus sérieux : le féminisme, la paternité, l’actualité, le handicap... Pendant plus d’une heure, il t’aura fait rire. Sans répit. Sans te rendre compte de rien. Et ça t’aura fait du bien ! Homme de son temps, Vérino s'appuie sur les réseaux sociaux pour proposer un stand-up insolite. Tout commence une vingtaine de minutes avant son entrée sur scène. Installé dans sa loge, le trentenaire échange avec les spectateurs par écrans interposés. Dans la salle, le public suit en direct la rédaction de son prochain tweet : il y interpelle ses hôtes du soir, balance ses premières vannes, demande une ovation pour la jeune Tania Dutel qui assure sa première partie. L'idée, originale et maligne, s'avère d'une redoutable efficacité pour faire monter l'ambiance.


Maxime Le Forestier

Maxime Le Forestier

  • Ven. 15 mai 2020 à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

À 70 ans, celui qui chantait "La petite maison bleue adossée à la colline" ne compte visiblement pas prendre sa retraite de sitôt. Rien n'y fait : les artistes comme Maxime Le Forestier restent fidèle à ce qu'ils sont. Ils surfent sur la vague du succès ou de l'oubli mais leur travail est toujours authentique et profondément personnel. Celui qu'on a vu contestataire au début des années 70 est devenu quelques décennies plus tard, un homme tranquille, toujours accompagné de sa guitare comme le fut son aîné et modèle, Georges Brassens. Presque six ans après "Le Cadeau", Maxime Le Forestier revient avec un nouvel album. Une dizaine de nouveaux titres poétiques, réalistes ou ironiques – une moisson riche et limpide, avec son élégance coutumière et sa chaleur consolante. Dix chansons qui apparaissent dès maintenant dans une forme très proche de celle qu’elles auront sur scène. Pas d’arrangements orgueilleux, pas de grands gestes orchestraux. Pas trop de paraître.
https://youtu.be/o2aHCumqjsg


"Tous les marins sont des chanteurs" avec François Morel, Gérard Mordillat, Antoine Sahler

"Tous les marins sont des chanteurs" avec François Morel, Gérard Mordillat, Antoine Sahler

  • Ven. 29 mai 2020 à 20 h 30
  • Centre Culturel Les Arcs - Quéven

"Yves-Marie Le Guilvinec…
Ce nom résonne aujourd’hui à nos oreilles comme un reproche. Qui connaît encore ce nom ? Quelle place accorde-t-on à Yves-Marie Le Guilvinec dans les anthologies de poésie ou de chansons françaises ? Aucune. Yves-Marie Le Guilvinec, disparu en mer à trente ans est un fantôme pour la littérature et la chanson : il n’existe pas. Mais, comme dit Rimbaud : "il n’y a pas de hasards ou il n’y a que des hasards". C’est dans un vide-grenier à Saint-Lunaire (Ille et Vilaine) que François Morel, feuilletant de vieilles revues rongées par les embruns, découvrit une brochure de 1894 "La Cancalaise" dans laquelle douze chansons d’Yves-Marie Le Guilvinec étaient reproduites, illustrées par l’auteur.
Ce fût comme la main du naufragé qui se tend vers son sauveteur. François Morel acheta la revue et fit le serment d’arracher Yves-Marie Le Guilvinec à l’oubli océanique où il était tombé. Avec l’aide de Gérard Mordillat et d’Antoine Sahler, il entreprit de restaurer les textes, de les remettre en musique et surtout de les faire entendre à nouveau. Désormais Yves-Marie Le Guilvinec, ce serait François Morel. Il retrouverait un corps, une voix, une vie…"
Gérard Mordillat